Image
GRAND ANGLE SAN PELLEGRINO - S21
Image
PAVE SAN PELLEGRINO - S21
Image
BANNIERE BOTTOM SAN PELLEGRINO - S21

[Top 100] Maison Laurance acteur d’une RSE pragmatique

Olivier Bitoun
Image
Maison Laurance pisciculteur Essonne

Économies d’énergie toujours, avec la décision de calculer depuis le 1er mars, les primes sur objectifs des chauffeurs-livreurs sur des critères d’écoconduite. Lire dans Zepros Distributeurs RHD n°15.

Partager sur
Image
MEGA BANNER SAN PELLEGRINO - S21
Image
MEGA BANNER SAN PELLEGRINO - S21

14 - Glos

50e - « Les pouvoirs publics demandent aux Français de baisser la température dans leurs maisons cet hiver, nous, depuis mai, nous l’avons augmentée dans notre entrepôt », s’amuse Rémy Moreau, le directeur général de Maison Laurance. Mais c’est pour la bonne cause ! Les fruits et légumes de 1re gamme sont désormais stockés entre 4 et 5  degrés - contre 2 à 4 degrés dans la profession - pour économiser l’énergie nécessaire à la production de froid. Les produits de 4e gamme et les camions demeurent réfrigérés entre 2 et 4  degrés. Économies d’énergie toujours, avec la décision de calculer depuis le 1er mars, les primes sur objectifs des chauffeurs-livreurs sur des critères d’écoconduite. Ces décisions illustrent la politique très RSE du distributeur de fruits et légumes et de produits de la mer. Jugez plutôt.

 Depuis avril, Maison Laurance collabore, en test, avec un centre de méthanisation local créé par un agriculteur. Chaque mois, le distributeur lui expédie 5  tonnes de déchets végétaux. «  Nous diminuons ainsi le tonnage de nos déchets collectés et donc notre facture qui s’élève à plus de 100 000 € par an », calcule Rémy Moreau. Autre domaine : depuis 2019, les sanitaires, le lavage de l’entrepôt - à l’exception des zones dédiées à la marée - et le nettoyage des camions sont assurés grâce aux eaux de pluies récupérées dans un réservoir de 50 000 litres. De quoi fonctionner en autonomie huit mois par an.

Du made in Paris

Sur les routes, la flotte de livraison roule depuis 2021 à l’Ecolium 30, un biodiesel. Maison Laurance a fait ce choix face à l’électrique - les camions manquent d’autonomie - et au gaz dont le réseau d’avitaillement est ridicule en région parisienne. Et ce, même si «  le prix des biocarburants est plus élevé que celui du diesel de 10  % environ et les approvisionnements parfois tendus en raison de la progression de la demande  », explique Rémy Moreau. La RSE a aussi voix au chapitre dans les approvisionnements. Maison Laurance est à l’origine du référencement d’une trentaine d’agriculteurs franciliens sur « La Vie a du goût », le site dédié du groupement Vivalya. Du local voire de l’hyperlocal, puisque Maison Laurance travaille avec trois producteurs dans Paris intra-muros  : deux pour les micropousses dans les XVIIIe et XXe arrondissements et un de champignons dans un parking du XVIIIe !

Olivier Bitoun
Partager sur

Inscrivez-vous gratuitement à nos newsletters

S'inscrire