[Etude Kantar] La restauration a perdu 585 M€ /semaine durant le confinement

Myriam Darmoni
Image
logo
Etude
Partager sur
Image

La fermeture des bars et restaurants entraînent des chutes de chiffre d’affaires sans commune mesure. Le cabinet Kantar vient de publier son rapport « Out Of home food and drinks” et les chiffres sont sans appel : 169 M€ de pertes sur les produits de snacking et les boissons non alcoolisées et 585 M€ au total de la consommation alimentaire RHD. Sur le premier semestre 2020, la consommation alimentaire hors domicile a chuté de -35 %. Seuls les services de livraison peuvent être un levier pour récupérer du chiffre d'affaires.

Vente de boissons en hausse

En France, les dépenses consacrées aux courses alimentaires des ménages, combinées aux dépenses alimentaires hors domicile, ont diminué de -20% au premier semestre de l’année. De même, alors que la consommation de boissons non alcoolisées a augmenté de 10 % en 2020, les dépenses ont, de leur côté, diminué en moyenne de 36 % par rapport à 2019, en raison de la pandémie.

L'Europe plus impactée que l'Asie

Le secteur hors domicile en Europe a été plus fortement affecté par rapport aux pays d’Amérique Latine et d’Asie. L’un des principaux facteurs explicatifs réside dans la forte pénétration des applications et des services de livraison de repas en Asie et en Amérique latine comparativement aux villes européennes. La pénétration du marché de la livraison de repas (chez les moins de 50 ans) dans les villes de Corée du Sud est de 99%, 84% en Chine et 80% dans les villes brésiliennes.

La livraison reste un plaisir

En comparaison, la pénétration est beaucoup plus faible au Royaume-Uni avec 36 %, 37% en Espagne et 44% en France. A travers le monde, le plaisir reste la motivation principale pour 59 % des utilisateurs d’applications de livraison à domicile (contre 41 % qui citent la praticité), ce qui suggère que les services de livraison à domicile jouent de plus en plus le rôle de « petit plaisir » pour les consommateurs en période économique difficile.

« La pandémie de la COVID-19 a clairement eu un impact désastreux sur le secteur de la restauration hors domicile », déclare Marie-Aude Lerin-Joarlette, Directrice du panel Out Of Home en France. « La livraison de repas à domicile a aplani l’impact de la COVID-19 pour certains pays, créant de nouvelles opportunités dans cette période difficile. Ce service est très implanté en Asie et en Amérique Latine, et représente une bonne piste de croissance à explorer pour la reprise en Europe. Miser sur l’utilisation des applications de livraison à domicile, pourrait aider à récupérer les recettes perdues pour les cafés et les restaurants. Nous voyons beaucoup d’autres possibilités d’innovation. Les services de livraison à domicile ont la possibilité d’élargir leurs offres, en particulier sur le marché des boissons, avec pour les marques traditionnellement ancrées en Hors Domicile, une belle opportunité de s’implanter sur de nouveaux moments de consommation à domicile ».

Pour cette étude, un échantillon représentatif de plus de 20 000 personnes a été interrogé pour mieux cerner les habitudes de livraison de repas à domicile entre avril et juin 2020.

Myriam Darmoni
Partager sur
 

Inscrivez-vous gratuitement à nos newsletters

S'inscrire